Site en français
Site en anglais

La phytothérapie est un art


- Elle ne peut accepter les auto-médications intempestives, souvent décevantes, parfois destructrices : Phythotérapie un art
  • pour les individus qui pratiquent cette technique,
  • mais aussi pour une phytothérapie qui ne mérite pas d’être bafouée, par des « sans le savoir ».
- Remplacer un remède allopathique par un remède phytothérapique est intéressant mais largement en désaccord avec ma vue :

  • de l’homme global ,
  • et du totum* du remède phytothérapique.
- La phytothérapie ne se prescrit pas :
  • sans conseils spécialisés,
  • n’importe où,
  • n’importe comment, Un art
  • sans respecter sa beauté première, sa pureté, par
  • ignorance tout d’abord de certains pseudo-conseillers,
  • falsification des remèdes,
  • ajout d’additifs, colorants…
- Les remèdes phytothérapiques doivent rester énergie et puissance thérapeutique :
  • du sol dont ils viennent,
  • jusqu’au consommateur.

      ==> Il faut garder intact l’ensemble des principes actifs et protecteurs que cette plante nous apporte.

 

- L’allopathie trouve près de 70% de ses remèdes dans la nature, même si après elle en extrait LE principe actif et le synthétise ensuite pour le nommer médicament.

 

- L’allopathie rapporte d’abord beaucoup à l’industrie pharmaceutique, puis au patient ; alors que la phytothérapie vise d’abord un mieux-être du patient, même si ce dernier a un coût, qui revient, en partie, et à juste titre aux laboratoires phyto-nutritionnels.

- Devant l’évolution de la médecine, s’amplifie la méconnaissance des interactions entre :

  • les remèdes de la médecine des simples,
  • les remèdes allopathiques.