Site en français
Site en anglais

 

Maladies Cardiovasculaires

Le cholestérol : un problème

 


En tout cas, jusqu’il y a peu de temps, pour moi cela ne me posait aucun problème pour ma patientèle, ni pour ma …santé mentale. Puis un coup de fatigue et un œdème itératif de la luette, un bilan traditionnel sans explication scientifique, mais par hasard la « biologie » me découvre une hypercholestérolémie familiale.
Je prends vite rendez-vous chez une endocrinologue interniste qui me propose directement une statine, et se contente de prendre ma tension, d’ailleurs trop élevée devant cette nouvelle subite et inattendue d’une hypercholestérolémie « heureusement » non due à mon alimentation, dès lors trop facilement innocentée (cela m’arrange, vu mon caractère sanguin), mais à ma famille coupable de mauvais gènes transmis. Me voila un « surviver » de la médecine moderne.
Elle me demande de faire une échographie des carotides et des artères des jambes m’annonçant que mes artères étaient probablement déjà victimes de plaques d’athéromatose, et que des lors j’aurais la gratuité de mes remèdes allopathiques !!!Je ne visais pas la gratuité mais une rassurance.           Il n’en fut rien .
Elle voulait assurément me faire passer du côté des malades!
Pour elle, la meilleure statine était  assurément le Crestor, mais que me signifiait déjà que pour moi, le fait de ne prendre que cela ne suffirait pas et m’annonçait que je devrais probablement y adjoindre une autre molécule et de l’aspirine
 
Vu que ma mère m’a toujours sucré pour que je sois premier de classe, ma collègue me dit,  en me prescrivant un triangle d’hyperglycémie provoquée (prise orale de sucre au laboratoire suivie d’une analyse pendant trois heures dans le sang des valeurs de la glycémie et de l’insuline), que si je suis intolérant aux sucres, il me faudra prendre de la metformine.
Vu le manque évident de psychologie de ce médecin, qui malgré tout me prend ma tension, seul acte médical pour m’annoncer de plus 180/95 ; si je me sentais déjà fatigué, d’où ce bilan, je sors de la consultation effondré, annonçant par portable à mes proches ma fin prochaine.
Le regard de la consoeur me semblait me présenter ses condoléances pour ma fin de vie, tout en me disant, « vous savez mieux que moi ».
 
Mais me soignant depuis longtemps en médecine naturelle après ce coup bas donné par ma consoeur , je me suis dit que je ne me sentais pas malade ou du moins je pouvais ne pas être « si malade » et ne souhaitait pas du jour au lendemain devenir une poubelle à médicaments !!
La prévention est depuis toujours le maître-mot de mon activité, y compris plus encore maintenant pour mon cas personnel. Il nous faut rester ou devenir « assistant de sa santé ».
 
Et la elle n’a pas eu tort ; oui, je sais mieux qu’elle comment prévenir une pathologie, où l’aggravation d’une pathologie même installée, mais il a fallu perdre ma subjectivité pour retrouver ma si belle objectivité globaliste.
Après un choc, heureusement il y a un contre choc : j’ai vu un cardiologue, un échographiste, et somme toute pour un mort vivant, leurs bilans et le caractère humain de mes confrères spécialistes me confortèrent dans la réalité de mon âge, mais que pourtant je n’avais pas trop l’âge de mes artères.
 
Généralités
Je puis encore vous écrire cet article dans la sérénité de la réflexion et en posant les bonnes questions comme je le fais avec tous mes patients, et en tout soignant sommeille un malade potentiel ou en mal être.
 
Tous mes patients passent par le questionnaire suivant aidé par mes explications, mon soutien et ceci quelque soit le pourquoi de leur visite :
-         sont-ils en allergo-inflammation ?
-         sont-ils en acidose ?
-         sont-ils en dysbiose ?
-         sont-ils en oxydation pathologique ?
 
Et une question trop souvent oubliée ; y a-t-il du génétique dans leur pathologie, dans leur vie ?
 
Que cette anamnèse plus spécifique à une médecine de terrain, ne fasse pas oublier aux médecins l’obligation d’un interrogatoire complet du patient, de ses antécédents personnels et familiaux, d’un examen clinique complet, et pour ce dernier point, je puis affirmer qu’il y a de grosses lacunes que les techniques nouvelles nous font trop souvent oublier, si ce n’est parfois le trop peu de temps donné à ce point essentiel. Certes des patients trop exigeants, une paperasserie exagérée… sont aussi des intervenants réels.
 
Notions de bon , mauvais cholestérol.
 
Le HDL, dit le bon, le LDL, dit le mauvais : une histoire de tout temps. Il faut un bon et un mauvais, mais en l’occurrence en cette histoire, c’est loin d’être vrai, car trop simpliste.
Ceci d’ailleurs ramènerait une pathologie bien complexe, la «  maladie cardio-vasculaire » à quelques chiffres vidés de tout contexte.
Le clinicien que je suis résume ce qu’il a vécu depuis qu’il est médecin :
-         des fibrates (Atromidin), dans les années 80 ont été retirés du marché pour risque carcinogénique augmenté.
-         Une descente scientifique sans limites des chiffres idéaux du cholestérol depuis l’avènement des statines
-         certains patients à taux bas de cholestérol total et en harmonie avec leur bon et leur mauvais cholestérol sont cependant de réelles bombes inflammatoires et oxydatives.
 
 
Révision des risques cardio-vasculaires
 
Cet article ne se voulant que spontanéité et non copier/coller comme il m’est souvent donné de le voir, je vous énumère les risques reconnus, connus, et peut-être des potentiels et je sous-entend (mes oublis);
-         le tabac
-         le stress
-         la sédentarité
-         le surpoids
-         le diabète chimique, pré-diabète, le diabète de type II
-         le périmètre abdominal
-         l’alimentation
-         l’abus d’alcool
-         les troubles du sommeil : ronflement, apnées, hypopnées…
-         l’hypertension artérielle
-         la vie en solitaire !!!!!!!
-         les troubles lipidiques ( à juste titre mis ci loin en cette liste)
-        
 
Cholestérol à soigner ou à relativiser
 
La réponse n’est pas fonction de chiffres lipidiques, mais surtout d’un ensemble de facteurs de risque à prendre en considération.
 
Indépendamment, si pour autant que nous considérions le cholestérol comme un ennemi, il nous faut prendre d’autres paramètres beaucoup plus importants en considération :
-         les AC anti-ldl oxydés
-         la CRP ultra-sensible
-         l’homocystéine
-         la LpA (lipoprotéine A)
 
Le premier paramètre nous parle d’oxydation, le deuxième de l’inflammation, le troisième d’un risque cardio-vasculaire par mauvaise méthylation, le quatrième de l’hérédité.
 
Enfin nous pouvons parler du cholestérol.
 
Les traitements du cholestérol
 
Si tous les paramètres ci dessus mentionnés sont bons : aucun .
Bien sûr un petit régime, si nécessaire, mais de vous rappeler que 80% du cholestérol est d’origine endogène (propre fabrication par le foie) et seulement 20% exogène.
En cas d’augmentation des AC anti ldl oxydés , d’augmentation de la CRP ultra sensible , je proposerais un traitement à base de curcuminoïdes anti-inflammatoires et anti-oxydants et l’adjonction d’omega 3 de type EPA et DHA , à savoir des huiles de poisson.
 
En cas d’augmentation des AC anti ldl oxydés, n’oublions pas de penser à notre précieux resvératrol , excellent anti-oxydant , tout comme un compagnon de vie de nos vaisseaux , le ginkgo biloba .
 
Les remèdes traditionnels de l’hypercholestérolémie
 
L’enseignement étant à base de répétition faut-il traiter un chiffre ? non, non et non, mais bien plus un individu.
Pas étonnant dès lors que nos remèdes de ce chiffre soient des remèdes de foie.
 
La phytothérapie apporte une thérapeutique efficace dans les hypercholestérolémies par quatre mécanismes d'action différents:
 
        Ralentir l'absorption digestive du cholestérol et rompre le cycle entéro-hépatique par la séquestration des sels biliaires dans la lumière digestive; 
        Augmenter la cholérèse et donc l'élimination du cholestérol; 
        Modifier le métabolisme hépatique des lipoprotéines; 
        Agir au niveau extra hépatique en diminuant le cholestérol circulant.
 
LIEU D'ACTION DES PLANTES    
 
q     Plantes intestinales
q     Plantes hépatiques
q     Plantes agissant sur métabolisme hépatique
q     Plantes diminuant le cholestérol circulant
 
A/ LES PRODUITS A ACTION INTESTINALE
  1. La Gomme Guar est extraite des graines de Cyanapsis tetragondolus, contenant une forte proportion de glucomannane, un polysaccharide non digestible, qui, en présence de liquides aqueux, forme un gel de haute viscosité.    
      Il a pour effet de ralentir et de diminuer l'assimilation des glucides et lipides en les isolant des enzymes digestifs.
      Il réduit le passage de l'intestin vers le sang, apportant ainsi une contribution non négligeable à la régulation du taux de cholestérol sanguin. 
                        POSOLOGIE: 5 g de poudre 1 à 3x/j. avec un grand verre d'eau
 
 
  1. Le Glucomananne  est un polysaccharide non digestible extrait des tubercules de l'Amorphophallus Konjac.       
      En solution, il absorbe jusqu'à 200 fois son poids en eau avant de s'épaissir intensément et permet d'obtenir des solutions de viscosité bien plus intenses encore que la gomme Guar. 
                        POSOLOGIE: 1 à 1,5 g de poudre 3x/j. avant les repas
 
  1. La Gomme Xanthane est également un polysaccharide, mais d'origine microbienne. Elle est le produit de fermentation du sucre par un micro-organisme du genre xanthomonas campestris.
      Elle est utilisée pour ses propriétés épaississantes. 
                      POSOLOGIE: 1,5 g de poudre 3x/j.
 
  1. La Gomme de Caroube, extraite des semences, forme également un gel volumineux en présence de liquide. 
                        POSOLOGIE: 1,5 g de poudre 3x/j.
  1. L'Ispaghul fournit des graines très riches en mucilage (surtout le tégument) qui, en présence d'eau, forme un gel non assimilable dans l'intestin. 
      Pris avant les repas, le gel emprisonne certains aliments, notamment les sucres et les corps gras, et en ralentit l'absorption.     
      Puis, il complexe et élimine les sels biliaires agissant indirectement sur l'abaissement de la cholestérolémie. 
                        POSOLOGIE: 400 mg poudre 3x/j.
                                               TOTUM 700 mg 3x/j
      6.   Le fruit du Figuier (Ficus carica),par sa composition riche en cellulose, gomme et sucre, permet de capter une grande quantité d'eau et de former un gel.
                       POSOLOGIE: TOTUM 540 mg 3x/j
 
ADDENDUM:           
Notons au passage que les quatre gommes peuvent induire une constipation opiniâtre chez des individus prédisposés. L'Ispaghul et le fruit du figuier étant plutôt laxatifs.
 
 
B/ PLANTES A ACTION HEPATIQUE
 
  1. L'Artichaut (Cynara scolymus), par son action cholérétique intense aide à l'élimination, via les sels biliaires, des excès de cholestérol et de triglycérides.
      L'artichaut présente chez le rat un effet cholérétique, le taux de cholestérol diminue par la stimulation hépatique de l'élimination chez l'animal, cette action est due à l'acide 1,5-dicaféyl- quinine.
      Cette augmentation de l'élimination est retrouvée de manière constante et faible chez l'homme, elle est due aux dérivés phénoliques , à la cynarine, et joue rôle en prévention vasculaire . 
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 400 mg 2 à 3x/j.
                                                S.I.P.F. 1 mesure 2x/j.
                                                TOTUM 300 mg 3x/j
 
        2.   Le Chrysanthellum americanum est cholérétique et hépato-protecteur, il abaisse le taux sanguin de cholestérol et surtout de triglycérides ; il renferme également des saponosides et des dérivés de l'acide caféique de même qu'une association peu fréquente de flavonoïdes : flavones, flavanone, chalcone et aurone ; l’effet est semblable et mieux illustré que celui de artichaut chez l'homme. L'action sur les sécrétions biliaires et sur les lipides sanguins est reconnue.  
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 400 mg 3x/j.
                                                 T.M.( ) 35 gttes 3x/j.
                                                  TOTUM 500 mg 3x/j
 
 
  1. Le Pissenlit (Taraxacum dens leonis) , peut être également employé pour son action hépatique (cholagogue, cholérétique). Il est hypocholestérolémiant. 
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 100 mg 3x/j.
                                                 T.M.( ) 20 gttes 3x/j.
                                                  TOTUM 500 mg 3x/j
 
 
  1. Le graine de Soja (Glycine max ),fournit la lécithine qui est un phospholipide permettant de maintenir le cholestérol en suspension. La lécithine favorise donc l'élimination d'un excès de cholestérol via le foie.
L'action sur les graisses sanguines du soja est attribuée d'une part aux isoflavones qui ont un effet direct mais faible sur le taux de cholestérol, mais surtout à la partie protéique dont l'effet sur la lipémie sanguine est reconnu. Le mécanisme d'action est du à une induction des récepteurs LDL dans lesmonocytes de la paroi des cellules hépatiques.
 
                        POSOLOGIE: 500 mg poudre lecithine 3x/j.
                                      LECITHINE SOJA / CARTHAME 300/150 
 
C/ PLANTES AGISSANT SUR LE METABOLISME HEPATIQUE
  1. L'Orthosiphon , possède une action cholagogue et cholérétique moyenne, mais surtout il stimule la fabrication du glycogène par le foie et diminue ainsi les taux de triglycérides et cholestérol circulant. 
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 150 mg 3x/j.
                                                 T.M.( ) 25 gttes 3x/j.
                                                  TOTUM 500 mg 3x/j
  1. La Betterave (Beta vulgaris) , contient un composé bétaïne qui lui procure des propriétés hépatotrope et lipotrope.  Son action de donneur de groupement méthyle entraîne une activation de la transformation des triglycérides en lipoprotéines. Ainsi le métabolisme des graisses en est facilité. 
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 100 mg 3x/j.
 
  1. Le Frêne (Fraxinus excelsior), possède également des propriétés anticholestérolémiantes semblables à celles de l'orthosiphon. 
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 150 mg 3x/j.   
                                               TOTUM 500 mg 3x/j
 
 
D/ PLANTES AGISSANT AU NIVEAU EXTRA-HEPATIQUE
 
  1. L'Artichaut (Cynara scolymus), possède en plus, la faculté de diminuer la lipolyse au sein des adipocytes. Il y a de ce fait réduction des lipides circulants. L'artichaut agit donc à deux niveaux.
 
  1. Le Thé (Camellia sinensis): contrairement au café qui lui augmente le taux de cholestérol circulant par stimulation, le thé provoque une diminution du taux des lipides et du cholestérol sanguin.
                  POSOLOGIE : TOTUM 500 mg 3x/j
  1. Le Ginseng , par ses propriétés adaptogènes est capable de réduire indirectement le taux de lipides en stimulant le stockage des glucides grâce à une activité insulinique augmentée. 
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 100 mg 3x/j.
                                                  TOTUM 600 mg 3x/j
  1. La Salsepareille (Sarsaparilla officinalis): l'administration d'extrait de racine de salsepareille, par les saponines contenues, complexe le cholestérol qui est ensuite éliminé par le foie. 
                        POSOLOGIE: NEBULISAT 100 mg 3x/j.
                                                  Extrait fluide 50 gttes 3x/j.
                                                   TOTUM 540 mg 3x/j
 N.B.:  Nous pouvons également utiliser des plantes comme l'Harpagophytum (TOTUM 670 mg 3x/j )et le Mélilot (TOTUM 380 mg 3x/j )dont les mécanismes ne sont pas totalement élucidés jusqu'à présent.
 
Les statines ou phytostatines
Notes de références venant essentiellement de passeportsante
Synthèse du Cholestérol
Mécanisme d'action des inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase
Maltese , 1990) *
Levure de riz rouge
La levure de riz rouge est le produit d'un champignon microscopique élevé sur le riz. Ce micro-organisme, Monascus purpureus, produit un pigment rouge caractéristique qui a donné son nom à la levure. C'est donc la levure qui est rouge et non le riz.
Les suppléments de levure qui ont fait l'objet d'essais cliniques probants pour leurs effets hypocholestérolémiants sont des extraits (Cholestin®, XueZhiKang®) fabriqués à partir d'une souche spécifique (Monascus purpureus Went) et normalisés de manière à renfermer un certain pourcentage de monacolines.
Ils contiennent, entre autres composants, neuf monacolines qui sont ni plus ni moins que des statines, c'est-à-dire des substances qui inhibent la synthèse du cholestérol. La principale monacoline (la monacoline K) qui se trouve dans la levure rouge est la lovastatine, connue comme médicament de synthèse classique prescrit en cas d'hypercholestérolémie.
Selon une synthèse d'études publiée en 2004 par des chercheurs canadiens, les extraits normalisés de levure de riz rouge peuvent faire baisser
-le taux de cholestérol total de 13 % à 26 %,
-le taux de LDL de 21 % à 33 %,
-et celui des triglycérides de 13 % à 24 %.
Les auteurs soulignent également qu'au cours de certains des essais, la prise de levure de riz rouge a fait augmenter de façon significative le taux de HDL (« bon cholestérol ») des sujets traités.
 
Contre-indications
qui s'appliquent à la lovastatine valent également pour les suppléments de levure de riz rouge :
femmes enceintes ou qui allaitent;
jeunes de moins de 18 ans;
maladie hépatique ou rénale;
hypersensibilité à la lovastatine;
taux anormalement élevés de transaminase (enzyme dont le taux sérique s'élève en cas d'infarctus ou d'hépatite virale);
il est conseillé aux personnes souffrant de troubles hémostatiques (saignements fréquents et mauvaise coagulation) d'exercer la plus grande prudence.
 
Effets indésirables
Généralement, les effets indésirables sont rares et limités à des troubles gastriques anodins. La levure de riz rouge peut cependant exacerber une gastrite préexistante.
Il peut arriver que la lovastatine cause une myopathie (affection touchant le système musculaire).
 
Interactions
Avec des plantes ou des suppléments
Les effets de la levure de riz rouge peuvent s'ajouter à ceux des plantes et des suppléments qui réduisent les taux de cholestérol.
Avec des médicaments
Les effets de la levure de riz rouge peuvent s'ajouter à ceux des médicaments abaissant le taux de cholestérol.
Les effets de la levure de riz rouge pourraient s'ajouter à ceux des médicaments anticoagulants.
Les effets de la levure de riz rouge pourraient s'ajouter à ceux d'autres médicaments susceptibles de causer une myopathie : ketoconale (antifongique), cyclosporine (immunodépresseur), fibrates et gemfibrozil (hypolipidémiants), antibiotiques macrolides (érythromycine et spiramycine, par exemple), néfazodone (antidépresseur) et les inhibiteurs de protéase (utilisés pour le traitement du sida).
Avec des aliments
Espacer la prise de levure de riz rouge et la consommation de jus de pamplemousse d'au moins deux heures.
Policosanol
C'est au cours des années 1990 que des chercheurs cubains ont découvert l'action anticholestérolémiante du policosanol extrait de la canne à sucre.
Le produit a été approuvé dans ce pays en 1991 et il est reconnu comme un agent hypocholestérolémiant dans plus de 25 pays, principalement en Amérique latine et dans les Caraïbes.
Son mécanisme d'action n'est pas complètement élucidé, mais les chercheurs ont observé qu'il agit sur la synthèse du cholestérol d'une façon similaire à celle des statines. Des synthèses récentes rapportent les résultats positifs de plus de 60 essais cliniques ayant porté en tout sur plus de 3 000 sujets: le policosanol agit sur les taux de LDL (baisse de 13 % à 31 %) et de HDL (hausse de 8 % à 29 %).
Dosage
Prendre de 5 mg à 10 mg, deux fois par jour aux repas (midi et soir) de policosanol extrait de la canne à sucre (les autres formes de policosanol n'ont pas encore fait leurs preuves). Il faut compter jusqu'à deux mois de traitement pour que les effets se fassent pleinement sentir.
 
Conclusions
Certains patients présentant plusieurs pathologies ou facteurs de risque cardio-vasculaires sont justifiables des deux phytostatines décrites, avec ou sans coenzyme Q 10 ; les phytostatines sont souvent beaucoup mieux acceptées et supportées , et de plus pour moi, dans ma pratique en effet malgré mes contrôles cliniques et biologiques , je ne découvre pas d’effets secondaires et j’obtiens des baisses de chiffres de cholestérol comme ci-dessus signifiés.
N’oubliez pas tous les «  vieux remèdes » cités, car ils nous aident bien en complément, s’il nous faut encore performer les chiffres obtenus avec les phytostatines.
 
Je lutte de toute façon, si elles sont présentes, et elles le sont souvent, contre l’oxydation et l’inflammation en n’oubliant les bonnes graisses végétales de première pression, les huiles de poissons , le curcuma, le resvératrol et le ginkgo biloba essentiellement.
 
Espérant vous avoir interpellés, recevez , mes chers collègues, mes chers patients la contamination dont je suis victime, la médecine des simples.